Prêt personnel

check
825 088 représente le nombre d’utilisateurs que nous avons déjà aidés
check
Gratuit et sans engagement
check
Simple et rapide
500 - 35 000 €
Montant du prêt
6 - 84 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,9 - 19,99%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 35 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
6 - 84 mois
TAEG (à partir de):
1,9 - 19,99%
check
Une réponse de principe immédiate
check
Un accompagnement professionnel
check
Un suivi personnalisé de votre demande
Cofidis
9.8 10 0 Cofidis Excellent - Cofidis a reçu la moyenne de 9.8/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar
Excellent 9.8/10
751 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 3,79 % et au taux débiteur fixe de 3,73%, vous remboursez 48 mensualités de 269,50€, coût total du crédit: 12 932,72€ (dont 932,72€ d’intérêts et 0€ de frais de dossier), montant total dû : 12 932,72€.  

1 000 - 40 000 €
Montant du prêt
24 - 72 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
5,49 - 13,69%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
1 000 - 40 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
24 - 72 mois
TAEG (à partir de):
5,49 - 13,69%
check
1ère plateforme de crédit aux particuliers
check
Un crédit plus rapide 100% en ligne
check
Une réponse par SMS en moins de 24h
Younited Credit
9.6 10 0 Younited Credit Excellent - Younited Credit a reçu la moyenne de 9.6/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar
Excellent 9.6/10
972 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 5 000€ sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 5,01% et au taux débiteur fixe de 3,93%, vous remboursez 48 mensualités de 112,74€, coût total du crédit 506,52€: (dont 506,52€ d’intérêts et 95€ de frais de dossier), montant total dû : 5 411,52€.  

500 - 75 000 €
Montant du prêt
6 - 96 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,79 - 1%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 75 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
6 - 96 mois
TAEG (à partir de):
1,79 - 1%
check
Aucun frais de dossier
Cetelem
9.8 10 0 Cetelem Excellent - Cetelem a reçu la moyenne de 9.8/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar
Excellent 9.8/10
568 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 3 % et au taux débiteur fixe de 2,96%, vous remboursez 48 mensualités de 265,4 €, coût total du crédit: 739,20 € (dont 739,20 € d’intérêts et 0 € de frais de dossier), montant total dû : 12 739,20 €.

500 - 75 000 €
Montant du prêt
12 - 96 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,79 - 1%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 75 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 96 mois
TAEG (à partir de):
1,79 - 1%
check
TAEG fixe garanti sur toute la durée de vos remboursements
check
Des mensualités fixes et adaptées à votre budget
check
Aucun frais de dossier
Cofinoga
8.1 10 0 Cofinoga Bon - Cofinoga a reçu la moyenne de 8.1/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar_border
Bon 8.1/10
218 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 5 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 4,2 % et au taux débiteur fixe de 4,12%, vous remboursez 48 mensualités de 113,16 €, coût total du crédit: 431,68 €, montant total dû : 5 431,68 €.

500 - 50 000 €
Montant du prêt
12 - 84 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,7 - 1%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 50 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 84 mois
TAEG (à partir de):
1,7 - 1%
check
Financement jusqu’à 50 000 €
check
Pas de frais de dossier
check
Réponse de principe immédiate
Banque Casino
9.1 10 0 Banque Casino Excellent - Banque Casino a reçu la moyenne de 9.1/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar_half
Excellent 9.1/10
129 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 5,40 % et au taux débiteur fixe de 5,27%, vous remboursez 48 mensualités de 277,83 €, coût total du crédit:  1 335,84€, montant total dû : 13 335,84€.

500 - 75 000 €
Montant du prêt
12 - 84 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,8 - 1%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 75 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 84 mois
TAEG (à partir de):
1,8 - 1%
check
Bénéficier d’une gestion souple
check
Une possibilité d’épargne, des offres personnalisées
Franfinance
8.7 10 0 Franfinance Bon - Franfinance a reçu la moyenne de 8.7/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar_half
Bon 8.7/10
235 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 3,6 % et au taux débiteur fixe de 3,542%, vous remboursez 48 mensualités de 268,49 €, coût total du crédit: 887,52 € (dont 887,52 € d’intérêts et 0 € de frais de dossier), montant total dû : 12 887,52 €.

150 - 75 000 €
Montant du prêt
10 - 120 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,9 - 15,5%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
150 - 75 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
10 - 120 mois
TAEG (à partir de):
1,9 - 15,5%
check
Transparence
check
Accompagnement
check
Ecoute
Sofinco
7.1 10 0 Sofinco Bon - Sofinco a reçu la moyenne de 7.1/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstar_halfstar_border
Bon 7.1/10
177 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 3,90 % et au taux débiteur fixe de 3,83%, vous remboursez 48 mensualités de 271,77€, coût total du crédit: 13 044,96€ (dont 1 044,96 € d’intérêts et 0€ de frais de dossier), montant total dû : 13 044,96€.  

100 - 35 000 €
Montant du prêt
12 - 84 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,5 - 19,2%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
100 - 35 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 84 mois
TAEG (à partir de):
1,5 - 19,2%
check
Flexibilité
check
Souplesse
check
Frais de dossier offerts
Oney
7.3 10 0 Oney Bon - Oney a reçu la moyenne de 7.3/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstar_halfstar_border
Bon 7.3/10
388 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 2,80 % et au taux débiteur fixe de 2,76%, vous remboursez 48 mensualités de 264,36€, coût total du crédit: 12 689,28€ (dont 689,28 € d’intérêts et 0€ de frais de dossier), montant total dû : 12 689,28€.  

300 - 60 000 €
Montant du prêt
12 - 120 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,81 - 18,17%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
300 - 60 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 120 mois
TAEG (à partir de):
1,81 - 18,17%
check
Engagement
check
Ouverture
check
Audace
Financo
6.2 10 0 Financo Moyen - Financo a reçu la moyenne de 6.2/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstar_borderstar_border
Moyen 6.2/10
483 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 2,92 % et au taux débiteur fixe de 2,88%, vous remboursez 48 mensualités de 264,97€, coût total du crédit: 12 718,56€ (dont 718,56 € d’intérêts et 0€ de frais de dossier), montant total dû : 12 718,56€.  

1 000 - 75 000 €
Montant du prêt
4 - 120 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
0,9 - 0%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
1 000 - 75 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
4 - 120 mois
TAEG (à partir de):
0,9 - 0%
check
Solution de financement souple
check
Pas de frais de dossier
check
Echéances modulables
Caisse d’Epargne
8.2 10 0 Caisse d’Epargne Bon - Caisse d’Epargne a reçu la moyenne de 8.2/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar_border
Bon 8.2/10
309 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 5 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 5,33 % et au taux débiteur fixe de 5,2%, vous remboursez 48 mensualités de 115,60€, coût total du crédit: 5 548,80€ (dont 548,80 € d’intérêts et 110€ de frais de dossier), montant total dû : 5 548,80€.  

1 000 - 1 500 000 €
Montant du prêt
12 - 180 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
2 - 0%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
1 000 - 1 500 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
12 - 180 mois
TAEG (à partir de):
2 - 0%
check
Contrat de reconnaissance
check
Service après-vente
check
Engagement satisfaction
LCL
6.9 10 0 LCL Moyen - LCL a reçu la moyenne de 6.9/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstar_halfstar_border
Moyen 6.9/10
231 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 10 000 € sur 60 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 7,14 % et au taux débiteur fixe de 6,50%, vous remboursez 60 mensualités de 197,61€, coût total du crédit: 11 856,60€ (dont 1 756,60 € d’intérêts et 100€ de frais de dossier), montant total dû : 11 856,60€.  

500 - 50 000 €
Montant du prêt
3 - 60 mois
Durée
18 ans
Âgé minimum
1,5 - 0%
TAEG (à partir de)
Montant du prêt:
500 - 50 000 €
Âgé minimum:
18 ans
Durée:
3 - 60 mois
TAEG (à partir de):
1,5 - 0%
check
Une banque différente
check
Une banque au service de ses clients
check
Une banque solide
Crédit Mutuel
7.8 10 0 Crédit Mutuel Bon - Crédit Mutuel a reçu la moyenne de 7.8/10 lors de son évaluation. L’évaluation est basée sur les commentaires des utilisateurs, la popularité de l’organisme, les conditions et la procédure liées au prêt
starstarstarstarstar_border
Bon 7.8/10
245 personnes ont choisi ce prêt la semaine dernière

2 Pour un prêt personnel de 12 000 € sur 48 mois au Taux Annuel Effectif Global fixe de 6,45 %, vous remboursez 48 mensualités de 280,45€, coût total du crédit: 13 461,45€ (dont 1 341,45€ d’intérêts et 120€ de frais de dossier), montant total dû : 13 461,45€.  

Prêt personnel

Sur MONEYBANKER vous trouverez facilement et rapidement le meilleur crédit consommation pour vous. Indiquez simplement le montant que vous souhaitez emprunter, votre âge et le moteur de recherche de MONEYBANKER s’occupe du reste.

Prêt personnel

Le prêt personnel appartient à la catégorie de crédit à la consommation. Il existe deux types principaux de crédits : le crédit de consommation et le crédit immobilier. Ce dernier sera utilisé dans le cadre du financement d’un achat immobilier ou la construction d’un bien immobilier. Il est régit par des règles différentes que le crédit de consommation. Les conditions d’obtention ainsi que les taux pratiqués seront différents que ceux du crédit de consommation.  

Dans le cadre du prêt personnel (crédit à la consommation), l’emprunteur peut utiliser la somme prêtée comme il le souhaite. Lors de la souscription, il ne doit pas préciser la nature de l’utilisation des fonds, il offre une grande flexibilité à l’emprunteur. Néanmoins, le financement d’une activité professionnelle lui sera interdit. Comme dans le cadre d’un achat immobilier, certains prêts sont dédiés spécifiquement à ces situations et l’emprunteur ne pourra les financer avec des crédits à la consommation. De plus, pour certains achats, il apparait plus opportun de se tourner vers d’autres types de prêt. En effet, dans le cadre d’un achat d’un véhicule neuf, il est recommandé à l’acheteur de souscrire un crédit affecté auto. Ce crédit permettra d’avoir certaines garanties notamment la libération des fonds lorsque la livraison du véhicule s’est déroulée sans encombre et que le bien est conforme aux exigences de l’acheteur. En cas de défaillance, la somme ne sera pas débloquée, le particulier n’aura donc rien à rembourser. D’autres types de financements sont également préconisés pour ce type d’achat. Le concessionnaire automobile sera amène d’apporter différentes solutions à l’acheteur notamment la Location avec Option d’Achat (LOA).

Le prêt personnel est également différent du crédit renouvelable (également appelé crédit permanent, revolving ou reconstituable). Ici, l’organisme préteur mettra chaque année une somme d’argent à disposition de l’emprunteur. Celui-ci sera libre de l’utiliser ou non, en tout ou parti. Ainsi, l’emprunteur ne devra rembourser que le montant de l’argent qu’il a réellement utilisé. Il ne pourra cependant pas dépasser le montant maximum autorisé. La durée de ce crédit est d’un an renouvelable. Si le montant total du crédit est inférieur ou égal à 3 000 €, l’emprunteur aura au maximum 36 mois pour rembourser la somme. Si cette somme est supérieure à 3 000 €, la durée maximale de remboursement sera de 60 mois. Du fait de la grande flexibilité de ce contrat, le taux de prêt utilisé par ce type de crédit est plus élevé que celui utilisé par le crédit personnel. De plus, celui-ci est variable, il n’est pas fixé lors de la conclusion du prêt. L’emprunteur n’aura pas de moyen possible de savoir au départ combien va lui couter son crédit. A la différence, lors de la souscription d’un prêt personnel, le taux de prêt fixe sera connu dès le départ par l’emprunteur, il pourra donc connaitre le cout de son prêt. Une carte de crédit accompagne généralement le crédit renouvelable. Cette pratique est très répandue aux Etats Unis. En effet, outre-manche, les ménages utilisent de manière généralisée les cartes de crédits et donc le crédit renouvelable. Cette pratique est en partie responsable de l’endettement très important des ménages américains.

Le crédit renouvelable est la plupart du temps proposé par les organismes préteurs avant le prêt personnel. En effet, le crédit renouvelable est beaucoup plus rémunérateur que le prêt personnel pour ces organismes. Les taux d’intérêts pratiqués sur cette facilité de paiement sont révisables chaque année et globalement plus élevé que sur le prêt personnel.  Malgré une législation qui leur impose de proposer ce dernier en priorité, les professionnels ont tendance à mettre en avant le crédit renouvelable (dans leurs publicités ou même lors de leurs propositions de prêt).

Le crédit personnel permet le financement n’importe quel projet : achat d’un bien de consommation, études, mariages, vacances, etc. L’utilisation des fonds est assez variable selon l’emprunteur même si de manière récurrente les fonds sont utilisés pour l’achat d’une voiture d’occasion, pour l’achat d’un bien électroménager ou encore pour financer des études ou mariage. La somme prêtée doit être comprise entre 200 € et 75 000 €. La législation française prévoit que cette somme devra être remboursée entre 4 mois et 84 mois (7 ans) selon ce qui a été conclu entre les deux partis lors de la souscription.

Le prêt personnel ne s’adresse pas seulement aux particuliers n’ayant pas d’épargne disponible et ne disposant pas de capacité d’autofinancement. Il n’est pas rare que l’emprunteur dispose soit d’un apport soit d’une épargne disponible suffisante. Le prêt personnel lui permettra alors de ne pas utiliser toutes ses réserves. De plus, puisqu’il n’est pas nécessaire de préciser la nature de son achat pour obtenir le prêt, ce dernier peut être utilisé pour plusieurs acquisitions (de biens ou de services). Il peut donc permettre à l’emprunteur de garder une épargne disponible en cas d’imprévu et de coup dur. De plus, l’argent resté en épargne produira des intérêts. Dans le contexte actuel, les taux sont assez bas, il est tout de même conseillé aux particuliers d’emprunter plutôt que d’épargner dans la mesure où les taux rémunérateurs sont très bas (0,75% pour le livret A au 1er aout 2016).

A l’inverse, certains particuliers n’ont pas le choix et doivent obligatoirement avoir recours au prêt personnel pour financer leurs achats. En 2015, 85% des ménages français disposaient toutefois d’un livret d’épargne auprès de leur banque. En moyenne, les ménages épargnent 14,5% de leur revenu brut disponible. Il s’agit là d’une moyenne tirée par le haut par les ménages les plus aisés. En réalité, les ménages les plus modestes n’ont pas la capacité d’épargner 14,5% de leur revenu brut disponible. Alors, même s’ils disposent d’un livret d’épargne, celui-ci n’est pas véritablement fourni et ne permet pas le financement d’achat de biens de consommation. Ces ménages sont dans l’obligation de se tourner vers les crédits afin de pouvoir réaliser les achats de biens ou de services dont ils ont besoin. Des garanties financières seront tout de même demandées afin d’éviter le surendettement de ces ménages.

Prêt personnel - Comment puis-je obtenir un prêt personnel ?

Afin d’obtenir un prêt personnel, l’emprunteur peut se tourner vers différents organismes. Dans un premier temps, et de manière historique, les banques sont habilitées pour le déblocage des fonds dans le cadre de crédit.

Choisir ces établissements bancaires présente certains avantages pour l’emprunteur. Il disposera la plupart du temps d’un accueil physique en agence où il pourra bénéficier d’une entrevue avec un conseiller bancaire. La relation client est encore très importante pour certaines personnes, notamment les plus de 40 ans non habitués à se diriger vers Internet pour ces demandes. Ainsi, lors de cet entretien, la personne pourra présenter son projet mais également bénéficier de conseils et de mises en garde indispensables lors de la souscription d’un prêt, personnel ou non. Le conseiller bancaire sera amène à présenter la meilleure solution à son client. Il pourra également mettre l’accent sur l’engagement important financier qui va lier l’emprunteur à la banque. Son devoir de conseil l’obligera à présenter les différentes sanctions encourues par l’emprunteur en cas de fausses déclarations ou de non-paiement des mensualités. En fonction de la capacité financière du client, il proposera un prêt personnel individualisé qui correspondra à ses besoins avec des mensualités de remboursement personnalisées et en adéquation avec la situation financière propre à l’emprunteur. La durée de crédit et le montant des mensualités ne seront pas seulement déterminés par le client qui est souvent profane. Son souhait sera dans la mesure du possible respecté mais il bénéficiera des conseils avisés du professionnel afin de ne pas le mettre dans une situation financière dangereuse.

Les banques sont cependant moins réactives et moins flexibles que les organismes spécialisés en crédit bancaire. La plupart de ces organismes vont se trouver sur Internet et ne disposeront pas de point de vente physique. Ces dernières années, le nombre d’organismes spécialisés présents sur la toile n’a cessé d’augmenter. Ce secteur devenant très concurrentiel, des comparateurs ont également vu le jour permettant à l’emprunteur de choisir l’organisme qui correspond le plus à sa demande. Pour une question de rapidité mais également de simplicité, l’emprunteur va se tourner vers ces organismes. En effet, la plupart du temps, il n’aura pas besoin de se déplacer de chez lui, il pourra faire se demande à n’importe quelle heure depuis son ordinateur. Les banques ne permettent parfois pas, du fait de leurs horaires, un accueil aux personnes travaillant la journée. L’emprunteur devra remplir différents questionnaires informatisés et aura éventuellement une conversation téléphonique avec un conseiller en crédit, mais il ne disposera d’aucune entrevue avec un conseiller physique. Le devoir de conseil n’est pas forcément respecté par ces organismes. Il est plus facile d’ignorer les mises en garde pour les clients lorsque celles-ci sont faites de manières écrites en petits caractères en bas de pages. Ces mises en garde et explications sont souvent indigestes pour le profane et ne sont généralement pas adaptés à la capacité de compréhension du client. De plus, il n’aura pas forcément la possibilité de poser ces questions afin d’avoir des réponses à ces éventuels interrogations.

Ces deux types d’organismes présentent des avantages mais également des inconvénients. Plus le besoin sera urgent, plus le particulier va se tourner vers les organismes présents sur internet. De plus, pour les plus petits montants, l’emprunteur ne pense pas forcément avoir besoin de conseils de professionnels. L’engagement pour ces montants (achat de biens d’électroménager ou même le financement d’un mariage) n’apparait pas comme important pour l’emprunteur. Il ne voudra pas forcément se contraindre aux exigences des banques pour simplement financer un bien de consommation. Pour les crédits à la consommation, il est assez rare que le particulier fasse la démarche auprès de sa banque. De manière générale, il va se tourner vers les organismes présents sur Internet. De plus, ces derniers font beaucoup plus de publicité, et son donc beaucoup plus présent dans la tête du consommateur que sa banque.

Ces dernières années, la grande distribution commence également à proposer des prêts personnels à ses clients afin de financer leurs différents achats. Ainsi, le client peut se voir proposer des prêts personnels directement par le magasin où il achète sa machine à laver ou sa télé. Ils seront présentés comme des facilités de paiement. Le vendeur, lors de la transaction, va s’intéresser aux finances de ses clients notamment à sa capacité d’autofinancement. Il n’hésitera pas à orienter son client vers un prêt personnel. Ces enseignes disposent de l’autorisation légale pour délivrer des services bancaires à leurs clients. Chacun disposera d’un partenaire bancaire, généralement ayant le même nom que l’enseigne (« nom de l’enseigne » banque). Si le client est généralement satisfait des biens et services qu’il a pu se procurer auprès de ses enseignes, il sera plus enclin à avoir confiance en leurs services bancaires. Le fait que ces services soient proposés au même endroit que l’achat lui-même est un atout non négligeable puisqu’il constituera un gain de temps pour le consommateur et il n’aura généralement qu’un seul interlocuteur et ne devra pas se déplacer dans une autre structure.

Néanmoins, il apparait important que ces vendeurs soient formés aux différentes exigences que leur impose le devoir de conseil dans le cadre de distribution de service bancaire. Le vendeur doit être capable de répondre aux diverses questions posées par l’emprunteur, il doit pouvoir l’informer sur son engagement et lui rappeler les exigences légales et sanctions auxquelles il s’expose.

Du fait de l’engagement financier qui pèse sur l’emprunteur, il est conseillé à l’emprunteur de se tourner vers des professionnels tels que les banques, surtout lors d’un premier emprunt. Il pourra obtenir toutes les réponses aux questions qu’il se pose. Il sera informé clairement et de manière adaptée sur son engagement et aura conscience des risques encourus. Le professionnel est formé pour pouvoir s’adapter à chaque client en fonction de ses connaissances et de ses capacités de compréhension.

Il n’est pas rare de voir à la télévision des publicités incitant les ménages à souscrire un crédit (prêt personnel ou crédit renouvelable) pour financer des achats de biens ou services non indispensables. Ainsi en période de soldes ou de Noël, certains organismes spécialisés (présent généralement sur internet), profite du contexte afin de proposer des solutions financières en interpelant les ménages sur des situations qu’ils n’avaient pas forcément envisagés. Cela peut conduire certains ménages à demander un prêt personnel dont ils n’avaient pas réellement besoin et les amener dans des situations financières dégradées.

Prêt personnel - Mesures préventives

L’obtention d’un prêt est règlementée par la législation française. Ces professionnels (banques et organismes préteurs) ont l’obligation de consulter le Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP) avant toute acceptation de prêt. Ce fichier va recenser les différents incidents de remboursement de crédit des particuliers. Il répertorie également les mesures prises dans ces dossiers afin de permettre le remboursement des crédits dans le cadre du surendettement de l’emprunteur. L’inscription sur ce fichier intervient pour tout emprunteur n’ayant pas remboursé deux mensualités de manière consécutive. L’inscription au fichier est également automatique en cas de dépôt de dossier de surendettement. L’emprunteur verra son nom inscrit sur le fichier pendant 5 ans. S’il régularise son dossier (hors dossier de surendettement), il n’apparaitra plus sur la liste.

Si le nom de l’emprunteur se trouve sur cette liste, les banques et les organismes préteurs ne peuvent légalement accepter favorablement la demande de prêt de ce dernier.

Cependant, les emprunteurs ne sont inscrits sur ce fichier qu’en cas de défaillance. Aucun autre fichier, tel que le « fichier positif » utilisé dans d’autres pays, ne permet à l’établissement préteur de vérifier si l’emprunteur a déjà un ou plusieurs autres prêts à rembourser. En effet, les organismes préteurs ne pratiquent pas l’échange de donnés. Ainsi, un particulier peut souscrire différents prêts auprès de différents organismes sans que ces derniers ne soient mis au courant de la multiplicité des emprunts. Ce type de fichier permettrait de recenser l’ensemble des crédits (à la consommation ou non) détenus par les ménages français. Ainsi chaque organisme pourrait avoir accès à la liste et savoir si le ménage demandeur détient déjà un crédit. La somme empruntée et les mensualités restantes pourront aider les organismes à déterminer si l’octroi du prêt est judicieux ou non.

Il serait peut-être opportun de mettre en place un système permettant cette vérification afin d’empêcher les dérives et de limiter le surendettement des ménages en France. En effet, entre 1990 et 2015, le nombre de dossiers de surendettement déposés par les ménages français ont augmenté de 140%. En 2015, 217 302 nouveaux dossiers de surendettement ont été déposés, malgré une légère baisse du nombre de dossiers déposé par rapport à 2014. Pour sa part, le montant de l’endettement croit pour atteindre en moyenne 41 254 € par ménage, soit environ 9 dettes cumulés (crédits immobiliers compris). Certains ménages sont même amenés à prendre un nouveau crédit afin de pouvoir rembourser le crédit dont il dispose déjà. Les professionnels devraient donc être habilités à vérifier les données financières de leurs clients afin de ne pas accorder trop facilement de crédit à des personnes qui ne seraient pas en capacité financière de le rembourser.

Les établissements prêteurs mettent tout de même un processus en place avant de valider la demande de prêt personnel de l’emprunteur. En effet, les banques et les organismes de crédits demandent certains justificatifs afin de vérifier la capacité de remboursement du particulier. De manière générale, le taux d’endettement de l’emprunteur ne doit pas dépasser 33% de ses revenus bruts disponibles. En fonction de la composition du ménage (célibataire, couple sans ou avec enfants, etc.), ce taux peut varier. Ce ratio est calculé en comparant les charges fixes et les différents revenus fixes de l’emprunteur (du ménage). Des sites internet accessibles aux consommateurs leur permettent d’évaluer leur niveau d’endettement avant de faire toute demande. Un ratio trop élevé signifiera que le ménage utilisera une part trop importante de ces revenus disponibles dans le remboursement de son (ou ses) crédit. A noté que, comme précisé au-dessus, aucun moyen n’est mis à disposition de l’organisme préteur pour vérifier que l’emprunteur ne dispose pas déjà d’un crédit. Ce dernier est normalement dans l’obligation d’informer le professionnel lors de toute nouvelle demande mais ce dernier n’a aucun moyen de contrôle. Il peut cependant demander la copie du compte courant de l’emprunteur. Il pourra alors vérifier qu’aucune mensualité de remboursement de crédit n’apparaît sur ce dernier. L’emprunteur peut tout de même être tenté de mentir afin d’obtenir un nouveau crédit. Par exemple, s’il dispose de deux comptes courant, il n’est pas dans l’obligation de fournir les copies des deux et pourra ne pas transmettre la copie de celui sur lequel les mensualités apparaissent. Dans cette situation, l’emprunteur pourra, sans forcément le savoir, dépasser le taux d’endettement recommandé et se retrouver dans une situation financière difficile le mettant dans l’incapacité de rembourser l’ensemble de ses mensualités. Il se trouvera alors dans un cercle vicieux où il sera dans l’obligation de souscrire un nouveau crédit pour rembourser celui dont il dispose déjà et dont il ne peut rembourser les mensualités.

Prêt personnel - Justificatif 

Pour parer à toutes défaillances de paiement, les organismes préteurs et banques vont demander certains documents à l’emprunteur afin d’accepter son dossier et de lui octroyer les fonds demandés.

L’emprunteur devra alors fournir différents justificatifs afin que sa demande de prêt personnel soit étudiée et le cas échéant validée. Il devra mettre à disposition de l’organisme préteur :

  • La photocopie recto/verso de sa carte nationale d’identité. Si un cosignataire est présent sur la demande de crédit, la photocopie de sa carte nationale d’identité sera également demandée.
  • Un relevé d’identité bancaire (RIB)
  • Un justificatif de domicile
  • Une photocopie des justificatifs de revenus du (ou des) signataire
  • Une photocopie de la taxe foncière le cas échéant

D’autres justificatifs pourront éventuellement être demandés par l’organisme comme la copie du compte courant de l’emprunteur. Il sera préférable pour l’emprunteur de disposer d’un CDI mais un CDD n’est pas rédhibitoire à l’obtention du prêt personnel. La stabilité des revenus est quand même très appréciés et parfois non contournable. Sans revenus fixes, il est peu probable que l’emprunteur puisse rembourser ses mensualités sans que ses finances en pâtissent. Il doit pouvoir disposer après remboursement d’environ 70% de ses revenus chaque mois.

Il est fortement déconseillé à l’emprunteur de mentir sur ses justificatifs et de fournir des faux à l’organisme préteur dans le but de faciliter l’obtention de son prêt personnel. En effet, la création de faux documents et l’utilisation de ces derniers sont des délits. Le faux document sera celui qui a été entièrement fabriqué ou même celui partiellement modifié (par exemple modifier sa véritable fiche de paye en augmentant le montant de son salaire). En mentant sciemment sur ses documents, l’emprunteur commet une infraction pénale. S’il apparait que des faux ont été fournis par l’emprunteur afin d’obtenir un crédit personnel, l’organisme peut porter plainte contre ce dernier. Il faudra cependant que l’organisme préteur apporte la preuve de la fabrication et l’utilisation de faux. Auquel cas celui-ci encourra jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amendes. Si le faux est un document officiel normalement délivré par une administration (fausse carte d’identité ou carte vitale, etc.), les sanctions peuvent être plus importantes. Le fraudeur pourra alors être condamné jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 € d’amende. Le fraudeur peut également être recherché sur le plan civil et être condamné au paiement de dommages et intérêts. Il s’agira dans cette situation du remboursement de différentes prestations dont il a bénéficié dans le cadre de l’utilisation des faux.

Le fait de cacher plusieurs crédits en cours lors d’une nouvelle demande de prêt personnel n’est pas constitutif d’une infraction pénale. Il ne s’expose dans cette situation à aucune sanction judiciaire.

En tout état de cause, l’emprunteur doit être majeur, non frappé d’incapacité (sous tutelle) ou d’une perte de droit physique. Il doit également résider de manière permanente sous le territoire français. En effet, certaines situations telle que la tutelle vont empêcher la personne de faire la demande de prêt personnel. Dans le cas de la tutelle, la personne n’est pas jugée apte à gérer ses finances et donc n’est pas en capacité de prendre un tel engagement financier.

La demande de l’emprunteur devra regrouper, en plus de tous les justificatifs demandés, des informations essentielles pour que celle-ci soit étudiée. Le montant des fonds souhaités devra être indiqué dans la demande ainsi que la durée de remboursement choisie par le particulier.

Une fois tous les éléments analysés par l’organisme, ce dernier devra se positionner sur la demande et répondre à l’emprunteur. Généralement, les organismes spécialisés sur internet octroient un accord de principe dès la saisie des différentes informations. Si cet accord est confirmé, le particulier recevra un mail dans les 24h. L’acceptation définitive intervient qu’après vérification des différents éléments fournis au dossier et notamment de la véracité des documents justifiant de la situation financière du demandeur.

Si la réponse est positive, l’offre de prêt devra obligatoirement mentionner différentes informations à l’intention de l’emprunteur. Ainsi, il devra être repris l’identité du prêteur et de l’emprunteur. Il devra également être repris le montant l’emprunt, le type de crédit choisi et la durée de remboursement. Le taux effectif global de l’emprunt devra être indiqué. Ce taux prend en compte les différents frais obligatoires, frais de dossiers, frais fiscaux frais d’assurance etc. Ce taux permettra au particulier de calculer le coût total de son prêt personnel. Le détail de tous ces frais doit d’ailleurs être repris sur l’offre. Il est également détaillé la mise à disposition des fonds et les conditions de remboursement anticipé.

Une fois cette offre transmise à l’emprunteur, celui-ci est libre de l’accepter ou non. Il aura alors 15 jours pour le signifier à l’organisme.

Acceptation de l’offre

Une période de rétractation est légalement prévue pour laisser l’opportunité à l’emprunteur de revenir sur son engagement après l’acceptation du prêt. L’emprunteur doit être pleinement conscient de cette possibilité qui lui est offerte, le devoir de conseil de l’organisme prêteur est très important sur cette question. Il n’est pleinement engagé et ne disposera des fonds prêtés qu’à l’expiration de ce délai. Ce délai est fixé légalement à 14 jours. Les banques et les organismes préteurs ne peuvent y déroger. Afin d’accélérer la mise à disposition de la somme, l’emprunteur peut néanmoins renoncer à ce droit de rétractation. Cette renonciation doit cependant être claire et précise. Un écrit sera nécessaire (ayant fonction de preuve en cas de litige). Une fois ce délai forclos (ou renonciation), l’emprunteur sera engagé définitivement et ne pourra revenir sur son choix. Il devra rembourser, selon l’échéancier prévu, la somme qui lui a été prêtée. Le remboursement anticipé pourra être prévu dans le contrat qui a été signé entre les deux partis.

L’emprunteur est libre de faire plusieurs demandes de prêt personnel afin de pouvoir les comparer et choisir celui qui lui parait le plus avantageux. Chaque situation est propre à chaque emprunteur, certaines offres identiques seront avantageuses pour certains et ne le seront pas pour les autres. Il est donc important que le particulier accorde un intérêt minutieux à l’offre qui lui  a été faite. Lors de la comparaison il doit cependant prendre certaines précautions.

Les différentes offres de crédits ne sont pas forcément présentées de la même manière par les professionnels. Chacun essayera d’attirer l’attention du particulier sur l’aspect le plus attrayant de son offre. Il utilisera pour cela des caractères de polices imposantes ou même des couleurs de polices qui attirent l’œil. Ces astuces sont dans un premier temps utilisées dans leurs campagnes publicitaires à la télévision, sur internet et parfois à la radio. Dans un second temps, les organismes reprendront ces éléments dans la mise en forme de leurs offres. Ils n’hésiteront pas à faire apparaitre en premier lieu ce qu’il leur apparait plus attractif. Par exemple, il s’agira du taux utilisé ou d’une assurance de prêt plus attractive. Les organismes sont cependant dans l’obligation d’indiquer sur leur offre toutes les caractéristiques du prêt et ce de manière lisible et compréhensible. Il appartient donc à l’emprunteur de vérifier que les offres qu’il compare revêtes bien les mêmes caractéristiques.

L’emprunteur doit dans un premier temps comparer le coût total du crédit. Cela lui sera possible grâce au TEG qui reprend l’ensemble des charges qui devront être supportées. Ces charges correspondent aux différents frais appliqués par l’organisme de prêt pour l’octroi du prêt. Le TEG le plus bas sera le plus profitable lui sera le plus profitable. Il doit également comparer le montant des mensualités de remboursement et le TEG sur la même durée de crédit.

L’emprunteur doit également regarder si le remboursement anticipé est possible et si des frais seront appliqués par l’organisme. En principe, l’article L312-34 du code de la consommation offre la possibilité à l’emprunteur de procéder au remboursement anticipé en tout ou partie de la somme qui lui a été prêtée. La loi Lagarde autorise les organismes à appliquer des pénalités si la somme remboursée de manière anticipée dépasse le montant de 10 000 € sur douze mois. Le contrat de prêt doit indiquer le calcul et le montant de ces indemnités. Des clauses peuvent être prévues afin de moduler ces pénalités. Il peut par exemple être prévu qu’après une certaine période de remboursement du prêt personnel, les pénalités seront réduites ou inexistantes. Les différents organismes ne sont pas dans l’obligation de prévoir les mêmes frais en cas de remboursement anticipé. Ces frais ne peuvent cependant dépasser 1% de la somme emprunté si le remboursement anticipé à lieu après un an de remboursement. Ils ne devront pas dépasser 0,5% si le remboursement anticipé à lieu dans la première année du crédit. Il appartient donc au particulier de s’appesantir sur cet aspect et d’envisager l’éventualité et l’impact d’un tel remboursement.  

Une fois ces différents aspects comparés, l’emprunteur pourra choisir le prêt personnel le plus avantageux et correspondant le plus à sa situation. La plupart du temps, la personne qui emprunte a un besoin urgent de fonds financiers. Il ne prendra pas forcément le temps d’éplucher une dizaine de propositions et ne comprendra pas forcément le jargon utilisé par les professionnels dans les offres. Il ne doit cependant pas se laisser convaincre par les offres commerciales mettant en avant certains aspects le plus avantageux de leur proposition mais ne développant pas convenablement les côtés négatifs de leur offre. Il ne doit pas hésiter à contacter l’organisme préteur si plusieurs de ces questions ne trouvent pas réponse à la suite de la lecture de l’offre faite. L’emprunteur sera, de manière générale, beaucoup plus attiré par des mensualités peu élevées et ne prêtera pas forcément attention au taux utilisé (le véritable cout du crédit). L’organisme est donc tenté de faire apparaitre en gros caractères les montants des mensualités plutôt que le coût réel du prêt (total des intérêts versés à l’organisme préteur). Il est néanmoins dans l’obligation de faire apparaitre toutes les informations sur le prêt dans son offre.

Prêt personnel - Rachat de crédit – regroupement de crédit

Lorsque l’emprunteur dispose déjà de plusieurs crédits, il peut procéder à un rachat de crédit ou un regroupement de crédit. Cette restructuration de dettes est une opération visant à regrouper plusieurs prêts en un seul. Les mensualités seront regroupées pour n’en former qu’une. Les organismes permettant ces rachats peuvent être les mêmes que ceux accessibles pour l’octroi des crédits de consommation. Le rachat de crédit doit cependant faire l’objet d’une demande séparée que celle de la demande de prêt. Il s’agira de branches spécialisées dans ce type d’opération.

Un ménage ayant une situation financière détériorée du fait de ses différentes mensualités et d’un endettement trop important (par rapport à son revenu brut disponible) peut faire une demande pour regrouper ses différents crédits. La nécessité de faire cette demande peut également intervenir à la suite d’un changement de situation familiale (divorce, enfant à charge supplémentaire) et pas simplement suite à une mauvaise gestion de finance. Un départ à la retraite peut également avoir pour conséquence une diminution du revenu brut disponible, la capacité de remboursement sera donc diminuée. Certaines situations sont cependant prévisibles, il appartient à l’emprunteur d’en avoir conscience lors de la demande de prêt et de ne pas s’engager sur le long terme s’il sait que sa situation va se détériorer.

Lors d’un rachat de prêts, les mensualités seront regroupées en une seule et unique mensualité. Le rachat permettra de faire bénéficier l’emprunteur d’un taux de prêt unique avec parfois un taux moins élevé et donc plus avantageux. Le montant de ses mensualités sera généralement revu à la baisse pour permettre au ménage de bénéficier à nouveau d’un taux d’endettement raisonnable. Le fait de diminuer les mensualités permettra au ménage de retrouver une nouvelle capacité d’épargne qui permettra éventuellement le remboursement de manière anticipée du prêt (en tout ou partie) en fonction de ce qui a été prévu lors de la signature de l’offre de rachat.

Le regroupement de crédit va également permettre au ménage de pouvoir se projeter à nouveau et de peut-être investir à nouveau (travaux, acquisition immobilière, etc.). Dans cette éventualité, le ménage qui effectue un rachat de crédit ne sera pas forcément dans une situation de surendettement extrême. En effet, pour ces ménages, la fonctionnalité première du rachat est de se sortir d’une situation financière très dégradée où la prochaine étape était certainement le dépôt d’un dossier de surendettement. Le rachat de crédit peut intervenir pour une simple question de simplification. L’emprunteur verra toutes ses mensualités prélevées en même temps et n’aura qu’un seul interlocuteur vers qui se tourner.

Il existe deux types de rachat de crédit. Le premier concerne les crédits à la consommation (dont le prêt personnel). Dans ce cadre, il s’agit seulement d’un rachat partiel ne concernant que les crédits à la consommation et non les éventuels crédits immobiliers. Cela va concerner les prêts personnels, les crédits auto, les crédits travaux, les crédits renouvelables, les découverts bancaires et si elles existent, les dettes fiscales du foyer.

Le deuxième type de rachat est appelé regroupement de crédits hypothécaire. Dans cette situation, l’organisme procédant au rachat va restructurer tous les prêts et les dettes du ménage. Les crédits à la consommation et les crédits immobiliers seront concernés par ce rachat. Ce rachat est, de manière obligatoire, accompagnée d’une hypothèque sur le ou les biens immobiliers du ménage.

Les organismes de rachats ne sont pas dans l’obligation de proposer le regroupement de crédits hypothécaire. Certains ne procèdent pas à ce rachat et ne veulent pas s’engager sur ses dossiers plus risqués. Ils vont alors proposer des rachats de crédits à la consommation.

Les personnes fichées à la Banque de France peuvent faire appel au regroupement de crédit s’ils sont propriétaires.

Le regroupement de crédits hypothécaire est différent du rachat de crédit immobilier. Ce dernier concerne le rachat d’un crédit immobilier par un organisme présentant un meilleur taux d’intérêt que celui pratiqué par l’organisme actuel.

Comme lorsque l’emprunteur fait sa demande pour obtenir un prêt personnel, il lui est conseillé de procéder à différentes demandes auprès de différents organismes. En effet, chacun pratiquera des taux de prêt différents. De plus, l’offre de rachat dépendra parfois de la situation financière de l’emprunteur, ainsi pour certains organismes sa situation pourra être avantageuse alors que pour d’autres organismes non. Il appartient à l’emprunteur de vérifier les différents aspects de l’offre fait par l’organisme. Il faudra qu’il s’intéresse aux éventuels frais de dossier par exemple. Egalement, le remboursement anticipé est soumis à différentes conditions selon l’organisme choisi. Certains appliqueront des frais plus importants que d’autre. Différents sites internet sont présents sur la toile afin d’aider l’emprunteur à se tourner vers l’organisme qui lui correspond le plus. Ces sites vont également recenser et classer ces organismes selon différents critères essentiels tels que le taux d’intérêt pratiqué, la présence ou non de frais de dossier, la possibilité de racheter un crédit immobilier, etc.

De même que lorsque l’emprunteur recherche à obtenir un prêt, il ne doit pas choisir la première offre qui lui a été faite. Rien ne l’empêche de procéder à différentes demandes afin de les comparer et de choisir la proposition de rachat de crédit qui lui convient le mieux. Il dispose, comme lors de l’acceptation d’un prêt personnel, d’un délai de rétractation de 14 jours. Délai auquel il peut s’il le souhaite renoncer afin d’accélérer la procédure.

Aujourd’hui, de nombreuses facilités de paiement sont proposées aux ménages leur permettant de les aider à financer leurs achats de biens à la consommation. Le prêt personnel est le moyen qui reste parfois le plus avantageux pour le particulier pour lui permettre ses achats. Certains prêts conviennent tout de même mieux à certains achats tels que le prêt affecté auto lors de l’achat d’un véhicule neuf en concession. De manière générale, pour un prêt personnel d’un montant de 15 000 € sur 12 mois, le taux minimum pouvant être trouvé sur le marché est de 1,79%. Le taux moyen pratiqué pour cette somme empruntée est de 3,47% et le taux maximal de 6,21%. A noté que plus la période de remboursement sera échelonnée dans le temps, plus les mensualités seront réduites. Dans cette situation, le coût global du crédit (total des intérêts) seront plus importants lorsque le crédit sera remboursé en totalité. Le prêt personnel restera tout de même plus avantageux que le crédit renouvelable souvent proposé par les organismes préteurs. L’emprunteur doit toujours garder un esprit de comparaison quand il s’agit de souscrire un prêt personnel car chaque organisme aura des offres différentes avec parfois des frais supplémentaires ou ne correspondant pas à la situation de l’emprunteur. Ce dernier ne doit pas hésiter à se rendre dans des organismes bancaires ayant pignon sur rue afin d’être orienté et conseillé par une personne physique qui va pouvoir répondre à l’ensemble de ses questions. L’emprunteur doit avoir conscience de son engagement même pour de faibles montants. L’accumulation de crédits peut mener l’emprunteur à une situation financière détériorée et le conduire au surendettement. Le devoir de conseil du professionnel est très important du fait de l’engagement de l’emprunteur, il ne doit pas être négligé, notamment par les organismes présents sur internet.

MONEYBANKER - Nous trouvons le meilleur prêt pour vous

Crédit consommation